Étiquetage du miel : mentions obligatoires et mentions interdites

Les mentions sur l’étiquette du miel permettent aux consommateurs de vérifier la qualité, l’authenticité et la conformité du produit aux normes règlementaires en vigueur. Voici donc les différentes mentions qui doivent y figurer. 

Focus sur les mentions obligatoires sur l’étiquette de miel

Afin que l’étiquette du miel soit lisible et compréhensible par les consommateurs, certaines informations doivent y être mentionnées. En voici les   détails  sur les mentions obligatoires s’appliquant à l’étiquetage du miel. 

A voir aussi : Booster les compétences en entreprise : pourquoi suivre des formations à Agen ?

La dénomination de vente

Il s’agit du type de miel commercialisé tel que miel en brèche, miel de fleurs, miel filtré, miel en rayon ou encore miel de miellat. La dénomination de vente est différente des indications relatives à l’origine du miel, qu’elle soit florale, végétale, territoriale, régionale ou topographique (miel de sapin, miel de forêt, etc.). Ces dernières sont des facultatives et peuvent être indiquées en compléments de la dénomination de vente. Toutefois, elles ne doivent aucunement induire à l’erreur les clients quant aux qualités substantielles du produit. 

DDM (date de durabilité minimale)

Elle doit être mentionnée de la manière la plus claire qui soit. La DDM peut alors être mentionnée de la sorte « À consommer de préférence avant », puis indiquez le mois et l’année. Sinon, vous pouvez aussi mentionner uniquement l’année dans le cas où la durabilité soit plus de 18 mois. 

Avez-vous vu cela : Quelles sont les différentes actions à mener pour une SAS avant sa création ?

Ingrédients 

Le miel est une denrée alimentaire assez singulière. En effet, un produit indiqué sous la dénomination « miel » doit être uniquement composé de « miel ». Ainsi, les ingrédients mentionnés sur l’étiquette ne sont pas une liste. Il s’agit uniquement de la composition des mélanges, miel de thym et miel de lavande par exemple. 

Indication de l’origine

Il s’agit du lieu de récolte, de production et d’origine (produit en France, récolté en France, etc.). Puis, la loi française sur l’alimentation impose l’indication de tous les pays d’origine, par ordre décroissant pondéral, sur l’étiquette, quand c’est du miel composé. Tous les pays d’origine de la récolte doivent être cités. 

Autres mentions obligatoires

Sur l’étiquette, l’adresse du fabricant, la raison sociale (ou le nom social) du fabricant et la quantité nette du produit (poids ou volume) doivent aussi figurer. Concernant le lot de fabrication, l’information peut être remplacée par la DD à condition qu’elle soit exprimée en date exacte (jour/mois/année). 

Focus sur les expressions interdites

Sur l’étiquette de vos flacons de miel, toutes les expressions de dénomination de vente ne sont pas autorisées. Voici donc un petit listing de ces expressions interdites :

  • Pur miel, miel naturel, 100 % miel ;
  • Miel de terroir, miel de pays ;
  • Miel à la truffe (aucun produit alimentaire ne doit être additionné au miel) ;
  • Miel à la gelée royale ou encore miel et gelée royale (c’est une préparation composée de miel et de gelée royale) ;
  • Miel de la plage (expression italienne littéralement traduite en français) ;
  • Miel de crête (cela n’indique pas le pays d’origine) ;
  • Miel d’alvéoles (on dit « miel en rayon »).